PATOU

IMG_3379
PATOU
 

2016, la propriétaire de ma maman décède brutalement.
Les héritiers sont arrivés quelques jours plus tard, ils ont emmené les meubles, les bibelots, la vaisselle, les bijoux et tout le reste.
Ma maman, qui lui avait tenue compagnie durant plusieurs années, a été jetée à la rue, la porte s'est refermée, et ils sont partis sans se retourner.

Moi, ce jour là, je n'était encore qu'un foetus. Ma maman a trouvé refuge dans les broussailles.
Heureusement,  Christine, une voisine au grand coeur, a subvenu à ses besoins alimentaires.

Les jours se sont écoulés, et j'ai vu le jour au milieu des fourrés. Maman m'a protégé de son mieux, jusqu'au jour ou elle m'a transporté sur le palier de Christine qui nous a accueilli.
J'ai grandi entouré d'un grand nombre de mes congénères. Les mois se sont écoulés, je sortais comme je voulais, et petit à petit,  j'ai eu envie d'aller voir ailleurs, de me constituer un territoire rien qu'à moi.
Mais au mois de juillet, ma vie a basculé, j'ai été renversé par un chauffard.
La douleur était si violente que je me suis caché plusieurs jours, pensant que j'allais mourir.

Au bout de quelques jours, je suis retourné voir Christine.
Elle a essayé de m'attraper, mais j'avais trop mal, je me suis débattu et enfui. Tous les soirs j'entendais Christine m'appeler, mais je n'avais pas envie de me monter. 7 jours plus tard, Christine m'a repéré au milieu des herbes hautes, elle est venue me chercher et m'a transporté chez le vétérinaire.

J'ai été manipulé, sédaté, radiographié. J'avais une belle fracture du fémur qu'il fallait opérer en urgence.
L'intervention c'est bien passée, je me sens mieux, je passe ma convalescence dans un box, il ne faut pas trop que je bouge. Dans quelques jours je ferais quelques pas, mais surtout pas de bond.
Un mois 1/2 s'est écoulé, je retourne en clinique pour me faire enlever la broche.
J'ai pris du poids, je pèse 7k300, un peu trop au yeux du vétérinaire ....

Dans quelques temps j'irai rejoindre les copains que j'entends derrière la porte et je pourrais prendre l'air avec eux dans la cour.